6 Préserver l’environnement

Où en sommes-nous ?

L’environnement et les écosystèmes se sont globalement dégradés en Côte d’Ivoire. Le couvert forestier est menacé par sa destruction due l’activité humaine. Des progrès sont néanmoins notés dans l’accès à l’eau potable (61% en 2008 contre 51% en 2002) même si beaucoup reste à faire pour atteindre la cible national fixé de 80% en 2015.

L’objectif sept porte sur les mesures à prendre pour assurer un environnement durable. Le couvert forestier est en décroissance continue. En effet, les forêts sont sujettes aux menaces de divers ordres dues au faible dispositif de sécurisation et du sous-équipement des structures en charge de leur protection. Les émissions de CO2 sont en croissance, du fait de l’entrée en service des centrales thermiques, de l’utilisation accrue de fertilisant agricole et de l’augmentation du parc automobile.

L’objectif d’éliminer en 2015 les bromures de méthyle et les halons a été atteint depuis 2004 tandis que les chlorofluorocarbures ou CFC ont été réduits de 87% en 2010 et leur élimination en 2015 sera probablement atteinte.

La Côte d’Ivoire dispose d’un potentiel important de ressources en eau permettant de couvrir ses besoins. Cependant, elles sont menacées par des problèmes de pollution et de dégradation globale des sols dus aux activités humaines.

Concernant l’accès à l’eau potable, la tendance est légèrement à la hausse (51,2% en 2002 à 61% en 2008). L’accélération de la cible nécessite non seulement une gestion efficace des ressources en eau, faiblement exploitées, mais aussi l’amélioration et le renforcement des infrastructures.

Le cadre de vie reste également une préoccupation de l’Etat qui s’attèle à l’améliorer à travers la création de fonds et la restructuration de quartiers précaires.

Cible 1A : Intégrer les principes du développement durable dans les politiques nationales et inverser la tendance actuelle à la déperdition des ressources environnementales.


Figure 20: Consommation de substances appauvrissant la couche d’ozone

1.7 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Intégrer les principes du développement durable dans les politiques et programmes nationaux et inverser la tendance actuelle à la déperdition des ressources naturelles
    • La déforestation montre des signes de ralentissement, mais le taux en reste dangereusement élevé.
    • Il est urgent de réagir de façon décisive au problème du changement climatique.
    • Le succès inégalé du Protocole de Montréal montre que des mesures contre le changement climatique sont à notre portée.
  2. Réduire l’appauvrissement de la diversité biologique et en ramener le taux à un niveau sensiblement plus bas d’ici à 2010
    • Le monde n’a pas pu atteindre la cible de 2010 pour la préservation de la biodiversité, ce qui pourrait avoir de graves conséquences.
    • Des habitats essentiels pour les espèces en voie de disparition ne sont pas suffisamment protégés.
    • Le nombre d’espèces en voie de disparition augmente chaque jour, surtout dans les pays en développement.
    • La surexploitation des pêcheries mondiales s’est stabilisée, mais d’énormes défis demeurent pour garantir leur viabilité.
  3. Réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas d’accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base
    • Au niveau mondial, on est sur la bonne voie pour atteindre la cible concernant l’eau potable, bien qu’il reste beaucoup à faire dans certaines régions.
    • Des mesures accélérées et ciblées sont nécessaires pour amener l’eau potable dans tous les foyers ruraux.
    • L’approvisionnement en eau salubre reste un défi dans beaucoup d’endroits du monde.
    • La moitié de la population des régions en développement ne bénéfi ciant d’aucun assainissement, la cible de 2015 semble hors de portée.
    • Les disparités entre zones urbaines et rurales restent inquiétantes en ce qui concerne la couverture de l’assainissement.
    • Les pauvres sont les laissés-pour-compte des améliorations dans le domaine de l’assainissement.
  4. Améliorer sensiblement, d’ici à 2020, les conditions de vie de 100 millions d’habitants des taudis
    • Même si elle est considérable, l’amélioration des taudis perd du terrain face au nombre croissant de pauvres dans les villes.
    • La prévalence des taudis reste élevée en Afrique subsaharienne et elle augmente dans les pays affectés par un conflit.