• 48.9%

    Taux de pauvreté

  • 2.9%

    Taux annuel de croissance démographique

  • 9.8%

    Taux de croissance du PIB (en 2012)

  • 0.43

    Indicateur de développement humain

  • 61%

    Taux d’accès à l’eau potable

  • 56.1%

    Taux net de scolarisation (primaire)

A propos de la Côte d'Ivoire

Introduction

Vue aérienne du Plateau
Une vue aérienne du Plateau, une des dix communes d'Abidjan

La Côte d’Ivoire, pays d’Afrique de l’Ouest, d’une superficie de 322 000 km², est indépendante depuis  1960. Le pays est limité au nord par le Mali et le Burkina Faso, à l’est par le Ghana, à l’ouest par la Guinée et le Liberia.
Composé de quatre grands groupes ethniques (Akan, Malinké, Gour et Krou) et près d’une soixantaine d’ethnies,  le français est la langue officielle.

La Côte d’Ivoire a opté pour une politique économique libérale basée sur l’initiative privée et l’ouverture sur l’extérieur. Son économie est soutenue par un secteur agricole dynamique, reposant principalement sur le binôme café-cacao (en moyenne 40% du PIB).

Histoire


En 1893, la Côte d'Ivoire devient une colonie française. Elle a pour première capitale la ville de Grand-Bassam. Colonie et territoire d'outre-mer entre 1904 et 1958, le pays est membre de l’Afrique-Occidentale Française (AOF). Sa capitale devient Bingerville puis Abidjan (1934) et Yamoussoukro (1983, capitale politique et administrative).

Le pays devient une république autonome par référendum (1958) et est gouverné par Auguste Denise, Premier Ministre, succédé une année après par Félix Houphouët-Boigny. Le 7 août 1960, son indépendance est proclamée.

Elu Premier Président en 1960, Félix Houphouët Boigny le restera jusqu’à sa mort en 1993.

Le multipartisme fut instauré en 1990, après 30 années de règne du parti unique, le PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire).
Les différents successeurs de Félix Houphouët Boigny, sont :

• Henri Konan Bédié, a assuré l’intérim en tant que Président de l'Assemblée Nationale de 1993 à 1995. Elu en 1995, il perdit le pouvoir lors d'un coup d’Etat en décembre 1999 conduit par le Général Robert Guéï, qui lui-même est assassiné lors d’un putsch manqué en 2002

• Laurent Gbagbo, est vainqueur des élections organisées en 2000 après la transition militaire dirigée par le Général Robert Guéï

• Alassane Ouattara, déclaré vainqueur des élections présidentielles en 2010 au lendemain de violents affrontements armés dirige actuellement le pays.

Défis


Le contexte général de ces dix dernières années de crise a eu un impact négatif sur le taux de pauvreté qui est passé de 38,4% en 2002 à 48,9% en 2008. Le milieu rural reste le plus affecté par la pauvreté (62,5% en milieu rural contre 29,5% en milieu urbain).

Le gouvernement fait face à de nombreux défis et s'est engagé à conduire le processus de réconciliation, de reconstruction et de relance économique. Certains de ces défis comprennent : la sécurité, la réintégration des ex-combattants, la cohésion sociale, l’emploi des jeunes, la dynamisation du secteur privé.

La communauté internationale et les partenaires au développement se sont engagés à soutenir le Gouvernement pour relever ces défis. Au lendemain de la crise post-électorale, le gouvernement a rétabli ses institutions étatiques.

En effet, ces efforts l’ont amené à fusionner les forces nationales de défense et de stabiliser la situation sécuritaire qui produit quelques résultats favorisant la libre circulation des personnes et des biens. Il existe dorénavant moins de barrages anarchiques et inopinés.

Pour promouvoir la réconciliation nationale, la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR) a été créé en Septembre 2011, et est à pied d’œuvre pour l’installation de ces comités régionaux/locaux.

En termes économique, le Gouvernement a rétablit sa coopération avec ses partenaires financiers. Des efforts ont été réalisés dans les investissements publics pour stimuler la croissance économique, notamment les grands chantiers d’infrastructures routières, universitaires, etc.

En Juin 2012, la conclusion d'un nouveau programme économique et financier avec les institutions de Bretton Woods a permis au pays d'atteindre le point d'achèvement de l'initiative des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE), entrainant un allégement de sa dette de 4,4 milliards de dollars US.

Succès


vue d'enfants dans le nord de la Côte d’Ivoire/PNUD/PIO-ONUCI

La Côte d’Ivoire a traversé une longue crise socio-politique (1999-2011) qui a fortement éprouvé ces institutions et sa stabilité.

Le pays est classé en 2012 à la 168ème place sur 187 avec un Indice de Développement Humain (IDH) de 0,432 contre 0,400 en 2011 et 0,397 en 2010.

Le gouvernement ivoirien a projeté des reformes visant à atteindre l’inscription de la Côte d’Ivoire au rang des pays émergents à l’horizon 2020.

Cette ambition a conduit l’Etat de Côte d’Ivoire à élaborer le Plan National de Développement (PND), adopté en mars 2012en privilégiant la gestion axée sur les résultats (GAR) en vue de couvrir les besoins des populations en matière d’accès à des services de base de qualité. Le coût global du PND est estimé à 11.076 milliards FCFA, soit 22 milliards de dollars américains.

Le taux de croissance économique du pays a été revu à la hausse fin mars par le Fonds monétaire international (FMI) à + 9,8% en nette amélioration  par rapport à 2011 (-4,7%) et 2010 (2,4%).

Country flag
La carte de la Côte d'Ivoire
Statistiques
Capitale politique
Yamoussoukro
Capitale économique
Abidjan
Principales villes
Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké, Man, San-Pedro, Sassandra, Odiéné, Korhogo, Boundiali, Tengrela, Abengourou, Bondoukou, Bouna
Population
23,5 millions
Superficie
322 642 km²
Langue officielle
Français
Groupes ethniques
AKAN, GOUR, MANDE, KROU
Taux de pauvreté
48,9%
Indice de Développement Humain
0,43

Sources: Données Nationales PNUD/RDH2013 Banque Mondiale