Remise officielle de cinq centres de santé intégrés aux populations des départements du Pool et des Plateaux

07 nov. 2013

image Quelques femmes du district de Nsah venues en consultation dans leur CSI nouvellement construit. Photo.PNUD Congo

Grâce au Projet d’Appui à la Ré­insertion Socio-Economique des Groupes Défavorisés (PARSEGD), le Gouvernement a offert cinq centres de Santé Intégrés (CSI) équipés et des ambulances à cinq localités des départements du Pool et des Plateaux. Ces struc­tures constituent une réponse éloquente à l’atteinte des OMDs 4, 5 et 6 et elles représentent des indicateurs forts pour le Gouver­nement qui a proclamé 2012, « année de la santé ».


«Vous n’imaginez pas la joie qui est mienne en ce moment ! Ce CSI est un grand soulagement pour nous qui sommes tout le temps obligés d’aller à Djambla ou Ngo, voire Brazzaville, pour se faire soigner. C’est un véritable avan­tage pour nous ; déjà, nous n’aurons plus à beaucoup dépenser, en terme de transport, si ce n’est pour acheter les produits », s’est réjouie Aline Ntsuelet, habitante de Nsah.


Au total, trois CSIs ont été construits (Odziba, Etsouali et Nsah), et deux reconstruits (Mbouambé-Léfini et Ngo). Chacune de ces structures comporte des salles de soins, des salles d’hos­pitalisation, un bloc opératoire, une salle d’accouchement, une pharmacie et un laboratoire. A cela s’ajoutent des ambulances, des bâtiments d’astreinte pour les familles du personnel soignant, notamment le chef de Centre (Médecin) et la sage-femme principale. Le but étant de garantir leur sédentarisation et leur disponibilité à toute heure de la journée. Des impluviums, incinérateurs et latrines VIP ont également été installés dans tous les CSI.


Il faut dire que toutes les opérations rela­tives à l’achat et l'acquisition du matériel, ainsi que les opérations de passation du marché, ont été réalisées par le PNUD, dont l’expertise s’est étendue jusqu’à l’appui à la formation des animateurs desdites structures pour une meilleure gestion des équipements.


La qualité des ouvrages réalisés a été reconnue et appréciée par les bénéfi­ciaires. La satisfaction exprimée par les populations, à travers les allocutions des différentes autorités locales, traduit le succès du PARSEGD, en sa composante : « amélioration de l’accès aux services sociaux de base ».


Il revient à la partie nationale, plus précisément, au Minis­tère de la Santé et de la Population, de faire un usage adéquat des outils mis à sa disposition afin d’améliorer l’offre de service sanitaire dans les localités béné­ficiaires.


La question de la maintenance et de la sécurisation physique de tous les équipe­ments livrés constitue un défi qu’il fau­dra relever. L’appropriation et l’implica­tion des populations dans la gestion de ces CSI, à travers les Comités de Santé (COSA), apparait comme une nécessité.


La tournée d’inauguration de ces struc­tures sanitaires a été conduite par Mme Emilienne Raoul et M. Georges Moyen, respectivement, Ministre des Affaires Sociales, de l’Action Humanitaire et de la Solidarité et Ministre de la Santé et de la population. Dans la délégation figuraient M. Bizongo Désiré Anatole, Expert en charge des Infrastructures de génie Civil au Bureau Kinshasa de la Banque Africaine de Développement (BAD), Mme Luisa Dologuélé, Conseiller Technique Principal, M. Joseph Ikoubou, chargé du projet et M. Rémy-Philippe Mouyabi, Assistant Technique du projet, tous du PNUD.