Centre de santé intégré d'Obaba : M.Crépin Mbola, « cette infrastructure améliorera notre rendement »

29 oct. 2013

image M. Crépin Mbola, Chef de l’aire de santé d’Obabadevant l'infrastructure construite par le PNUD. Photo UNDP Congo

Le Centre de Santé Intégré d’Obaba, village du district de Gamboma, construit par le PNUD, a été officiellement remis aux responsables de la localité le 2 décembre 2012. M. Crépin Mbola, Chef de l’aire de santé d’Obaba et gestionnaire de ce CSI se dit être comblé par ce geste qu’il qualifie de « grand secours pour les populations d’Obaba et ses environs ».

Dans cet entretien qu’il a accordé au PNUD, il revient sur les difficultés vécues avant la construction du CSI et les perspectives.

PNUD : Monsieur Crépin Mbola, tout comme les populations d’Obaba, votre joie est à peine voilée, ce bâtiment est donc un ouf de soulagement pour vous ?

Crépin Mbola : Notre allégresse ici illustre bien le bonheur qu’on éprouve lorsqu’on reçoit ce que l’on a longtemps attendu. Un Centre de Santé moderne où et la population et nous le personnel soignant se sentent en confiance. Avant nous travaillions dans des conditions déplorables.

Il y n’avait pas de lits d’accouchement ni de lits d’observation des malades à Obaba : les femmes accouchaient sur des nattes ou pire, à même le sol et les autres malades hospitalisés avaient le même sort aussi, à moins de venir avec son matelas. C’est pour cela que certains partaient se faire soigner à Gombama et les cas urgents étaient transportés dans des brouettes pour la même ville, faute d’ambulance.

P : Aujourd’hui, pensez-vous qu’avec ce CSI bien construit et équipé, l’offre sanitaire va s’améliorer ici à Obaba ?

CM : Oui ! Oui parce que d’abord : ce nouveau CSI obéit aux normes exigées, son plateau technique nous met en confiance. Ensuite parce que nous avons non seulement la volonté de bien faire notre travail mais les compétences qui n’avaient été bien mises en œuvre faute d’infrastructures. Nous avons une salle d’Accueil Orientation et des Soins (AOS), une salle de consultation, un plateau technique rivalisant avec certains hôpitaux du pays, un bureau du chef de centre. Bref, je vous rassure que Cette infrastructure améliorera notre rendements dans la prise en charge des patients qui y viendront.

P : On voit que vous êtes aussi comblé que les populations, est-ce à dire que tout est parfait ?

CM : Non ! Bien sûr que non ! Nous aurons toujours besoin d’un appui, et je saisi cette opportunité pour saluer l’appui du PNUD dans la mise à disposition de ce centre qui fait en même temps la fierté de notre village.

Je suis en même temps chef du CSI et responsable de la Circonscription socio-sanitaire d’Obaba qui regroupe 36 villages pour une population totale de 8512 habitants. Elle constitue la 3ème plus grande aire de santé de la sous-préfecture de Gamboma. Pour l’instant, nous avons un problème de logement. Ma résidence est à l’extérieur du CSI et cette situation ne m’arrange pas dans mes interventions dans la nuit. Mais, je reste optimiste que tout cela va bientôt trouver solution avec l’appui du PNUD.