Préserver les ressources forestières et réduire les émissions du CO2 grâce aux foyers améliorés

image
Un échantillon d'un foyer amélioré. Photo UNDP Congo

La pression sur la forêt est d’autant plus grande que Kinkala (Chef-lieu du département du Pool) et ses environs principaux pourvoyeurs en bois de chauffe  à Brazzaville, perdent au jour le jour leurs ressources forestières. Un désastre écologique occasionnant des perturbations en ce qui concerne le stockage du gaz carbonique. On observe aisément  la savane herbacée  s’installer autour de Kinkala et la couverture forestière reculer. 

« Chaque année, près de 17 000 ha de forêts sont détruits en grande partie pour fournir du combustible aux habitants. On compte chaque jour, entre 30 et 40 véhicules qui viennent de Kinkala acheminent le bois et le charbon vers Brazzaville», dit Estelle Malalou, présidente de l’Association Femme & Energie.

« Dans ce pays où nous n’avons pas de  politique inclusive, verte, résiliente au changement climatique, à faible niveau d’émission de CO2, les initiatives communautaires doivent être encouragées », ajoute-t-elle.

A retenir

  • 50 000 familles ont adopté ces foyers
  • 467 pieds d'eucalyptus et d'acacias ont été plantés
  • 1 500 ha de forêts artificielles 

En s’appuyant sur le développement des énergies renouvelables et l’électrification en milieu rural, le PNUD Congo a accompagné le gouvernement dans l’exploitation du vaste potentiel énergétique du pays, en faveur des populations les plus pauvres et marginalisées. Le PNUD met en œuvre depuis 2010, le projet «Renforcement des capacités nationales pour le développement de la micro hydroélectricité et l’approvisionnement en eau potable en milieu rural».

Dans le cadre de ce projet, le PNUD a financé une initiative communautaire dénommée « projet de foyers améliorés au Congo » de l’Association Femme &Energie. L'objectif de ce projet est de mettre en place un système pérenne de fabrication et de distribution de foyers améliorés. Ce projet couvre les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire pour la production de 5.000 exemplaires de deux modèles  de foyers améliorés : le modèle standard pour la ménagère et le modèle pour les cuisines professionnelles.

A Brazzaville, depuis trois ans, une forte sensibilisation se fait autour du mois de mars (mois de la femme) avec l’organisation de séminaire et de communication à travers les médias.  Les fabricants (céramistes et métalliers) produisent les foyers améliorés à Brazzaville. Le PNUD a réalisé deux (2) études sur : i) la biomasse et les gisements auprès des industries de bois, ii) les économies en carbone pour les foyers améliorés et leur utilisation (acceptation du concept par les ménages). Des équipements ont été acquis et on envisage de procéder à l’implantation et de la diffusion des prototypes de foyers qui seront retenus dans certains ménages.

Les foyers améliorés connaissent un vif succès à Brazzaville.  Près de 50 000 familles ont adopté ces foyers. Les études ont montré que les foyers améliorés permettent, à condition d'être bien utilisés, d'économiser 25 à 30% d'énergie. Ces foyers limitent les déperditions de chaleur et donc la consommation de bois ou de charbon.

Afin de développer la filière de carbonisation dans le département du Pool, qui est fortement dé­pendant du bois-énergie, le PNUD  promeut la régé­nération et la gestion durable des écosystèmes forestiers. Une forêt d’eucalyptus et d’acacias a été créée à Kinkala. 467 pieds d'eucalyptus et d'acacias ont été plantés dans le cadre du lancement d’un projet pilote d’Agroforesterie. « Le Pool compte déjà 1 500 ha de forêts artificielles», a fait savoir M. Jean-François Ombele, chef du service forêt à la direction départementale de l'Économie forestière du Pool.

Nos Publications
Biodiversité, développement et réduction de la pauvreté

La brochure, intitulée "Biodiversité, développement et réduction de la pauvreté: Reconnaitre le rôle de la biodiversité pour le bien-être humain", vise à démystifier et à illustrer la contribution de la diversité biologique au développement dans ses diverses dimensions et de suggérer des voies de développement humain et économique qui reconnaissent, maintiennent et restaurent la biodiversité.

Lire la suite