Le PNUD et le Gouvernement signent le programme de protection et de résilience communautaire qui touchera plus 350.00 personnes en Centrafrique.

07 févr. 2014

image Echange du document de projet: Mme Florence Limbio, Ministre du Plan (a gauche) et Mme Kaarina Immonen, Representante Residente du PNUD (a droite). Photo: Christian Ndotah/PNUD

Le document du « Programme d’appui à la stabilisation des moyens d’existence, à la  protection et à la résilience des communautés dans les zones affectées par les conflits en Centrafrique » a été paraphé le vendredi 7 février 2014 par le Ministre de l’Economie, du Plan et de la coopération internationale chargé des pôles de développement, Madame Florence Limbio et la Représentante Résidente du PNUD, Madame Kaarina Immonen, en présence du Directeur Pays du PNUD, M. Aboubacar Koulibaly et de la Mme Rokhaya Paquita, Chargée de Programme.

L’objectif global du programme est de contribuer, en appui au programme d’urgence et de stabilisation du Gouvernement, à la restauration d’une paix durable par des activités de protection et de stabilisation des communautés cibles, notamment à travers la promotion de la cohésion sociale, , le relèvement immédiat, la stabilisation des communautés et la transition vers le développement, par une approche globale et intégrée. Il sera mis en œuvre dans la ville de Bangui et dans les préfectures de l’Ouham, de l’Ouham-Pendé, de la Nana-Gribizi et de la Haute-kotto. Il pourra être étendu à toute autre zone d’urgence humanitaire à identifier.

«  Je souhaite une mise en œuvre rapide de ce programme pour soulager les populations car il n’y a pas de temps à perdre » a déclaré Mme Limbio après avoir apposé sa signature au bas du document. » Nouvellement nommée à la tête de ce département, la ministre du Plan a insisté sur le démarrage rapide des activités. Dans cette perspective, le PNUD financera sur ses ressources propres, les premières activités du programme à hauteur de 3 millions de dollars américains soit environ de 1 milliard 455 millions de FCFA. Ces activités seront lancées dans les semaines à venir en priorité à Bangui.

« Pour nous c’est très important de travailler avec le gouvernement pour la réussite de ce projet grâce  à une coopération agissante qui devra porter des résultats. » a déclaré Mme Kaarina Immonen. Elle a rappelé l’expérience réussie du projet d’assainissement de la ville de Bangui avec l’ancien Maire de la ville de Bangui devenue Chef de l’Etat de la Transition, Mme Catherine Samba-Panza.

Mme Immonen a rappelé le contexte dans lequel a été élaboré ce programme suite à la persistance des conflits et à la généralisation des tensions intercommunautaires et confessionnelles. Le PNUD a défini des priorités pour appuyer le relèvement et la protection des communautés durant cette phase critique de transition.

 Les activités prévues dans ce programme sont : 1) la réhabilitation en « cash for work » pour l’assainissement des marchés, infrastructures administratives  et socio communautaires et des ouvrages de franchissement ; 2) la fourniture de biens et services aux groupements de producteurs en particulier de femmes, de jeunes et les minorités pour la création, la reprise et la redynamisation de leurs activités génératrices de revenus  à travers la formation, le renforcement de leurs capacités, le transfert de connaissances et la sensibilisation au VIH-SIDA, à la gestion financière, à la cohésion sociale et à la gestion des ressources naturelles et énergétiques. Le programme s’attachera au renforcement des liens interreligieux et inter et intra communautaires, ainsi que le renforcement des capacités pour la gestion des conflits au sein des communautés, de la sécurité collective des populations et de la réduction des risques sécuritaires individuels et, enfin, 3) l’amélioration de l’accès des communautés aux services publics de base et le soutien aux processus politiques et institutionnels nationaux afin qu’ils répondent mieux aux aspirations des populations.

Les activités du programme de protection communautaire toucheront 357 050 personnes  soit prés de 20% de la population et seront mises en œuvre dans quatre arrondissements de la ville de Bangui (3ème, 4ème, 8ème et Bégoua) et dans les communes des préfectures de l’Ouham-Pendé, l’Ouham,  la Nana-Gribizi et la Haute-Kotto, zones les plus touchées par les crises et qui présentent des repères les plus critiques en termes d’insécurité et de risques de résurgence des conflits et d’affrontements inter ethniques et interreligieux.

Contact/Information

Mme Rokhaya Paquita
chargee de Porgramme Gouvernance du PNUD
rokhaya.paquita@undp.org
Tel: + 236 75 50 59 75