Edwige, gagne sa vie en curant des caniveaux


Edwige curant un grand caniveau de son quartier. Photo: Christian Ndotah

« Je vivais grâce a l’aide de mon grand frère  qui était un commerçant mais avec l’arrivée de la rébellion, son magasin a été détruit et j’ai été contraint d’accepter de travailler même si c’est difficile. » c’est ainsi que parle Edwige, 19 ans qui fait partie des milliers de jeunes qui ont été recrutés dans le cadre du projet d’assainissement pour le relèvement des communautés affectées par le crise militaro-politique.

Près de 21.000 emplois journaliers ont ainsi été créés et les jeunes dont 40% de femmes reçoivent du cash pour leur permettre de subvenir a leur besoin. C’est ainsi que Edwige affirme qu’elle va utiliser cet argent pour réaliser une activité génératrice de revenu notamment la vente de poisson frit. « Etant à la charge de son grand frère, je serai désormais autonome financièrement. » précise-t-elle.

Démarrés le 02 juillet 2013, les travaux de curage et de creusage des caniveaux des quartiers de la ville de Bangui ont atteint des résultats concluant a la fin du projet. Les travaux ont permis la réalisation de 18 kilomètres de curages contre les 10 kilomètres initialement prévus et cela dans huit arrondissements de la capitale. Munis de bottes et de protection nasale et armés de pelle, les jeunes garçons et filles s’activent pour curer et creuser. Ils sont encadrés par une équipe de travail composée de six (6) sensibilisateurs et d’un  assistant en mobilisation communautaire.

Elaboré suivant l’approche THIMO (Travaux à hautes intensités de main d’œuvre), ce projet permet de renforcer la résilience des communautés dont la dignité a été affectée, en les aidant à prévenir et à réduire les risques de désastres sanitaires et naturels. Il permet de renforcer les capacités des populations des 8 arrondissements de Bangui et de Bégoua, particulièrement les femmes et les jeunes sur le système de gestion des déchets. Le projet est financé pour un coût total de Sept cent vingt neuf mille six cent soixante-dix dollars (729 670 USD), soit environ 350 millions de FCFA. Il est exécuté par le PNUD et mise en œuvre par ACTED.