Appui aux Communes rurales et aux Initiatives inter Communautaires : la dynamique se poursuit.

11 nov. 2013

image Des hangars à des salles de classe aux normes. Crédit PNUD

Bondo, village situé dans la province des Balés. Awa Soré est en plein marchandage pour l’achat de condiments, à quelques mètres de son domicile. Il y a quelque temps il lui aurait fallu faire prés de  20kms pour en trouver, dans un village voisin. Parce que tout simplement Bondo n’avait pas de marché.

Aujourd’hui elle reçoit avec le sourire les habitantes des villages environnants dans ce qu’elle appelle « son marché couvert ». Le projet ACRIC  qui appuie les communes a financé la construction de deux hangars à Bondo rendant la vie de Awa et des autres habitants plus facile.


Avec l’installation de ce marché, une autre économie s’y est développée. Les femmes  achètent ce dont elles ont besoin pour la nourriture, vendent ce qu’elles produisent sans avoir besoin de parcourir des kilomètres. Les hommes quant à eux, trouvent des revenus supplémentaires dans le commerce de chaussures, sacs, radios et autres accessoires comme l’a confié Daouda Soré «  Depuis l’installation du marché, je ne  vais au champ que pour cultiver de quoi faire manger ma famille. J’ai investi dans le commerce et je gagne en moyenne  dix mille francs  par marché. Un revenu inespéré qui va me permettre de concrétiser mon projet de construction ».

Bondokuy, Yaho, Dédougou, autant de communes qui ont bénéficié d’infrastructures  sanitaires, scolaires, commerciales dans le cadre du plan d’actions 2011 du projet ACRIC, qui a poursuivi la dynamique engagée en 2010 pour appuyer les communes situées dans les provinces des Balés et du Mouhoun dans leur processus de développement. Au total deux cent millions de francs ont été mobilisé grâce à la mise en place d’un Fonds de Développement

Local pour ces deux provinces.

Cette subvention a permis aussi de promouvoir l’économie locale à travers des activités de journées portes ouvertes, de foires de produits locaux , de recensement  d’identification et d’immatriculation de contribuables, de formation et accompagnement de jeunes promoteurs pour le montage de plans d’affaires et la création d’entreprises, etc.

Le comité de pilotage du projet, qui s’est réuni le 13 janvier passé à Dédougou, a positivement accueilli le bilan présenté par le coordonnateur et qui fait état d’un taux d’exécution de 86%. C’est moins que l’année dernière mais le projet a dû faire face  au contexte sociopolitique assez bouleversé en 2011.

Pour 2012 le projet compte mobiliser trois cent cinq millions sept cent quatre vingt quatre  mille cent trois francs (350 784 000) pour mettre en œuvre son plan de travail qui sera essentiellement axé sur les Plans Action de Promotion de l’Economie Locale (PAPEL) des communes concernées, la promotion des produits locaux  et autres filières porteuses, la promotion de l’entreprenariat local, la gestion des infrastructures marchandes et le renforcement des capacités des acteurs.

Pour rappel, le projet ACRIC  est un sous-programme du Programme d’appui à la décentralisation, à la participation citoyenne et au développement local (DEPACIDEL) financé en grande partie par le PNUD et le Fonds  d’Equipement des Nations Unies (UNCDF). Le projet a pour vocation d’accompagner  la mise en œuvre de la décentralisation dans la Boule du Mouhoun, région la plus pauvre du Burkina, avec un focus sur la mise en exergue de l’économie locale.