Respect des droits des détenus : Les personnels de la Garde de sécurité pénitentiaire outillés

02 nov. 2013

image Gardes de sécurité pénitentiaire. Crédit PNUD

Les 18 et 19 Avril 2013, avec l’appui technique et financier du Programme des nations unies pour le développement (PNUD) à travers le Projet de renforcement de la gouvernance politique (PRGP), le Ministère de la justice a organisé à l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Bobo Dioulasso, une formation des personnels de la garde de sécurité pénitentiaire (GSP) sur : « le traitement des détenus », activité entrant dans le cadre de la mise en œuvre du volet 6 du PRGP relatif à la promotion et à la protection des droits humains. Cette rencontre se voulait un cadre d’échange et d’apprentissage pour les agents, les assistants, les contrôleurs et les inspecteurs de toutes les unités de la GSP au Burkina Faso.

Au regard des difficultés rencontrées dans le milieu carcéral de notre pays que sont la surpopulation, les troubles provoqués par les détenus ou les GSP eux-mêmes, l’objectif principal de cet atelier de formation était de permettre au personnel de la GSP d’acquérir des connaissances et d’avoir des attitudes tendant au respect des droits des détenus tout en favorisant leur réinsertion social. Après les salutations et autres mots de bienvenue, le Secrétaire général M. Mathias. P. Nikiema , représentant le Ministre de la justice, a souligné le rôle et l’importance de la GSP dans la société et plus spécifiquement dans le fonctionnement de l’appareil judicaire et a invité les participants à porter une attention particulière à la formation.

Deux jours durant les travaux se sont déroulés en plénière et il s’est agit de renforcer les connaissances de la GSP sur les textes nationaux et internationaux relatifs aux droits des personnes détenus surtout des plus vulnérables c’est-à-dire les femmes, les mineurs, les handicapés et les étrangers, sur les techniques de communication et méthodes de traitements des détenues en vue de favoriser leur réinsertion sociale.

La formation à permis au participants d’acquérir des connaissances dans le sens d’une culture plus accrue du professionnalisme au sein de la GSP. A l’issue de l’atelier les participants devraient servir de relais au près des deux milles (2000) agents environ que compte les établissements de la GSP au Burkina Faso.