Notre perspective

      • L'inégalité à la croisée des chemins

        22 avr. 2014

        image
        Agriculture durable à Apúrimac, au Pérou. ©PNUD Pérou

        L’Amérique latine a connu une baisse des inégalités lors de des dix dernières années mais de nouvelles données montrent que la tendance est aujourd’hui à la stagnation. La concentration des revenus est même en hausse dans certains pays. C’est en effet ce que révèle la dernière révision des données sur les ménages, selon la base de données socio-économiques pour l'Amérique latine et les Caraïbes (SEDLAC) publiée par la Banque mondiale. Si le coefficient de Gini (l'indice le plus couramment utilisé pour mesurer l'inégalité des revenus) a diminué en moyenne de 0,94 % par an dans la région, ce pourcentage est tombé à 0,33 % en 2011, puis à 0,02 % en 2012. Sur la base de ces données, les estimations du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) montrent que l'inégalité a stagné entre 2010 et 2012 dans six des seize pays analysés. Comment expliquer un tel blocage ? En l’absence de changements significatifs en matière de transferts sociaux et de retraites au cours de cette période, le marché du travail apparaît comme responsable, en particulier à les travailleurs peu qualifiés du secteur tertiaires qui a généré la majorité des emplois lors du boom économique. La croissance des revenus représente un avantage pour Lire

      • Analyse de la parentalité en Amérique Latine et aux Caraïbes

        21 avr. 2014

        image
        Les femmes continuent à assumer principalement les tâches ménagères et familiales. ©Mauricio Martínez pour le PNUD au Salvador

        Au cours des dix dernières années, 22,8 millions de femmes ont rejoint le marché du travail en Amérique latine et aux Caraïbes. Elles représentent aujourd’hui plus de 100 millions de travailleurs au sein de la population active. Leur contribution à la main-d’œuvre dans les zones urbaines (52,6 %) reste malgré tout inférieure à celle des hommes (79,6 %) et se restreint à des emplois médiocres. Cette situation a des conséquences négatives sur leurs revenus ainsi que sur leur potentiel rôle en faveur du développement, elle s’explique par le fait que la majorité des femmes actives continue de se charger des tâches domestiques et familiales. La répartition du travail rémunéré et domestique entre hommes et femmes met en lumière deux points essentiels.  • Premièrement, les hommes sont fortement associés au travail rémunéré et les femmes aux rôles reproductifs.  • Deuxièmement, l’organisation traditionnelle du travail productif empêche une implication plus importante des hommes dans les tâches domestiques.  En analysant le droit du travail dans les pays d’Amérique Latine et des Caraïbes, on observe que les lois ont été créées afin de profiter aux travailleurs masculins du secteur industriel qui travaillent à plein temps et qui sont chargés de faire vivre le foyer. Elles ne comportent Lire

      • Trouvons ensemble des solutions à l'insécurité


        17 avr. 2014

        image

        Face aux inquiétudes concernant l’insécurité en Amérique latine, les pouvoirs publics ont souvent opté pour des solutions rapides à fort pouvoir médiatique en augmentant la présence militaire et en précipitant les réformes pénales. Malheureusement, ces initiatives n’ont pas produit les résultats escomptés.  Forts de ce constat, certains pays comme la Bolivie, le Brésil, le Costa Rica ou la République dominicaine ont cherché à développer des solutions plus exhaustives visant à développer le pouvoir coercitif de l'État et les efforts de prévention de la violence. Ils ont réussi à mettre en œuvre des politiques de sécurité globales à court, moyen et long terme.  Au cours des dernières années, le soutien des États dans le développement et l’évaluation de ces initiatives est devenue l’une des priorités du PNUD, qui privilégie tout particulièrement au respect des droits de l’homme et à la lutte contre les violences sexistes. Au Brésil, la 1ère Conférence nationale sur la sécurité publique (CONSEG) a marqué une étape historique en réunissant au total 1,5 millions de Brésiliens représentant les municipalités, les États, les professionnels de la sécurité, les organisations sociales et les fonctionnaires publics chargés des questions de sécurité. L'objectif de cette conférence était de définir les principes et les lignes Lire