6 Mettre en place un partenariat mondial

Où en sommes-nous ?

 Séance vidéo
L'accès à l'information doit être accordé à tous les citoyens. Crédit PNUD

La politique du Gouvernement Burkinabé en matière de partenariat mondial pour le développement est axée sur trois axes majeurs à savoir :

1. L
’amélioration du ratio service de la dette en pourcentage des exportations de biens et services (=montant de la dette annuelle à payer divisé par la valeur des exportations de biens et services  de la même année*100, plus il faible mieux se porte l’économie) a connu une tendance à la baisse (amélioration) passant de 27,7% en 1990 à  6,6% en 2009, cela grâce à  l’efficacité de la stratégie d’endettement publique du Burkina Faso, dans le cadre du programme Pays Pauvres et Très Endettés (PPTE). En 2011, ce ratio  accuse un début détérioration  (passant de 6,6  à 6,7%) indiquant ainsi une menace potentielle à l’efficacité de ladite  stratégie. En effet  les crises financières persistantes risquent de faire  baisser le prix et le niveau récurrent de la  production du coton, principal produit d’exportation du Burkina, un pays où les possibilités de diversification des produits d’exportations sont très limitées.

2. Le nombre de lignes de téléphone  fixes pour 100 habitants a progressé de 0,2 (2000) à 1(2009) ; pour une norme de 5 lignes pour 100 habitants, le Burkina doit fournir d’énormes efforts pour résorber les besoins de la population dans ce domaine. A noter cependant que la couverture des besoins en téléphonie mobile limite potentiellement les performances en matière de téléphone fixe étant donné qu’il s’agit de la même et unique population cible.

3.   Le nombre de téléphones mobiles pour 100 habitants ; ce nombre a passé de 0,26 en 2000 à 59,46 en 2012 en passant par 24,7 en 2009. La politique de libéralisation du secteur par le Gouvernement à partir 2000, conjuguée à la stratégie de promotion menée par les opérateurs du secteur, explique ce progrès remarquable. Le phénomène d’abonnement d’un même individu à la fois à Telmob, Airtel et ou Télécel  rend difficile le degré  de précision  de l’estimation du niveau d’accessibilité des populations au téléphone mobile.

Nos histoires

  • Helen Clark, Administrateur du PNUD, s'addresse aux membres du conseil d'administration à New York. Photo: Dylan Lowthian/PNUD

    Le PNUD maintient ses programmes malgré des contraintes budgétaires

    Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) prend toutes les mesures nécessaires pour conserver ses principaux programmes en dépit d’une réduction des contributions dans Lire

1.71 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Répondre aux besoins particuliers des pays en développement sans littoral et des petits États insulaires en développement
    • Seuls cinq pays donateurs ont atteint la cible des Nations Unies pour l’aide publique.
  2. Poursuivre la mise en place d’un système commercial et financier ouvert, réglementé, prévisible et non discriminatoire
    • Les pays en développement ont davantage accès aux marchés des pays développés.
    • Les pays les moins avancés sont ceux qui bénéficient le plus des réductions des droits de douane, surtout pour leurs produits agricoles.
  3. Traiter globalement le problème de la dette des pays en développement
    • Le poids de la dette diminue pour les pays en développement et reste largement au dessous de ses niveaux historiques.
  4. En coopération avec l’industrie pharmaceutique, rendre les médicaments essentiels disponibles et abordables dans les pays en développement
  5. En coopération avec le secteur privé, faire en sorte que les nouvelles technologies, en particulier les technologies de l’information et de la communication, soient à la portée de tous
    • La demande s’est accrue pour les technologies de l’information et des communications.
    • L’accès à Internet reste interdit à la majorité de la population mondiale.
    • Grand écart entre ceux qui disposent d’une connexion Internet à haut débit, principalement dans les nations développées, et les usagers du réseau commuté.