L’accélération des réformes administratives et la poursuite de la lutte contre la corruption, une nécessité

17 juin 2013

image Gilbert POUMANGUE - Représentant Resident Adjoint PNUD BENIN - Crédit Photo : UNDP Benin

Cotonou - La revue du groupe sectoriel réforme administrative, fonction publique et lutte contre la corruption s’est tenue ce jour à l’hôtel Azalaï de Cotonou. Placée sous la présidence du Ministre de la Réforme Administrative et Institutionnelle, la revue a connu la participation du Ministre en charge de la fonction publique, de celui en charge de la décentralisation, des directeurs techniques et centraux, des représentants des syndicats, du secteur privé et des partenaires techniques et financiers.

« Le renforcement de la qualité de la gouvernance constitue un axe essentiel pour  la mise en œuvre de la stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté (SCRP 3) », a souligné Martial Sounton, Ministre de la Réforme Administrative et Institutionnelle.

Dans chacun des secteurs à savoir la réforme administrative, la fonction publique et la lutte contre la corruption, il a été présenté les évolutions enregistrées, les mesures et l’analyse des indicateurs de performance, les défis et contraintes ainsi que les perspectives et l’état de mise en œuvre des recommandations issues de la revue de l’année 2012.

Si des progrès ont été enregistrés en matière de réforme administrative et institutionnelles, de lutte contre la corruption plusieurs défis et contraintes restent à relever.

Monsieur Gilbert Poumangué, Représentant Résident Adjoint du PNUD, en sa qualité de chef de file des Partenaires Techniques et Financiers (PTF), a évoqué quelques défis majeurs qui se posent et qui méritent que les décideurs s’y penchent. Il s’agit notamment : du manque de clarté dans la manière dont le Gouvernement accompagne la réalisation intersectorielle des 7 objectifs spécifiques du plan stratégique de la réforme administrative et institutionnelle, dans la mesure où personne ne s’occupe véritablement de l’animation et de la coordination des réformes dans chaque secteur et il n’existe non plus aucun tableau de bord de suivi des réformes secteur par secteur ; de la quasi absence de système efficace de pilotage et de coordination des actions de réforme, 7 ans après la création d’un Ministère de la Réforme Administrative et Institutionnelle ; de l’insatisfaction des citoyens,  régulièrement décriée à travers les différents médias et les recours adressés au Médiateur de la République. 

« Il nous revient conjointement, Gouvernement et PTFs, de trouver les options qui sont les plus adaptées pour maximiser nos efforts en faveur de la réforme administrative et institutionnelle, de la réforme de la fonction publique et de la lutte contre la corruption », a plaidé, M. Poumangué.

Des différentes présentations faites, il ressort que les résultats des différentes réformes engagées ne sont pas à la hauteur des attentes. A titre d’exemple, il a été prévu au titre de 2012, la prise de dix (10)  textes législatifs ou réglementaires pour fixer les procédures simplifiées en matière de délivrance de carnet de pension de retraite, de titre de transport, de permis de conduire, carte d’identité nationale, etc. A la date d’aujourd’hui, aucun texte n’a été pris dans ce sens à cause des difficultés liées à la résistance des acteurs sectoriels concernés. Par ailleurs, le démarrage de la mise en œuvre effective de la stratégie globale de réforme de la fonction publique, de la dotation de l’Autorité Nationale de Lutte contre la corruption des moyens matériels, humains et financiers pour son opérationnalisation constituent des préoccupations.

Les impacts du processus de réforme conduit jusque là ne semble pas perceptible sur la vie des Béninois, ont souligné certains participants. Cela est dû entre autres au positionnement institutionnel du ministère qui ne lui permet pas d’avoir suffisamment d’autorité pour impulser la réforme administrative et institutionnelle.

En guise de rappel, quatre objectifs ont été retenus à travers les différents programmes et documents de planification des ministères en charge de la réforme et de la fonction publique. Il s’agit de : (i) organiser, rationaliser et moderniser les structures administratives ; (ii) promouvoir le développement des ressources humaines et la culture du changement ; (iii) renforcer la gouvernance de la réforme administrative et institutionnelle ; (i) poursuivre les réformes de la fonction publique et l’amélioration de la gestion des carrières.