La résilience des agriculteurs de Sô- Ava face aux changements climatiques


La pirogue chargée de paniers de légumes, en cette matinée pluvieuse, Elisabeth Dossou revient ainsi de son champ, où elle est allée récolter des produits maraîchers pour les vendre à l’autre bout de la rive.

Le niveau d’eau de pluie (61,8 mm) affiché par le pluviomètre la veille, a provoqué en elle un effet déclencheur, l’urgence de faire la récole de ses produits maraîchers, avant que l’eau ne les envahisse. Elisabeth reconnaît désormais les signes annonciateurs des inondations dans son village à Hounmey, dans la commune de Sô-Ava.

Avant, elle ne pouvait imaginer que les paysans pouvaient s’adapter aux intempéries et gagner assez de revenus de leurs activités agricoles. Elle garde encore aujourd’hui un mauvais souvenir des inondations d’octobre 2010. « Nous avions vécu un véritable cauchemar. L’eau a tout emporté sur son passage. J’ai tout perdu, mes porcs et la volaille que j’élevais. Je me suis retrouvée du jour au lendemain sans ressource ».

A Sô-Ava, au sud du Bénin une zone essentiellement lacustre, ayant l’agriculture comme activité principale, les populations subissent constamment les affres des variations climatiques. Elles se manifestent par des inondations fréquentes ou l’arrêt  précoce des pluies. Chaque année, plusieurs hectares de tomates, de patate douce, de manioc, de piment sont emportés par les flots, sous la force du courant d’eau causé par le débordement du fleuve Ouémé, réduisant  à néant les efforts déployés pendant plusieurs mois par les producteurs de la commune. Cela aggrave ainsi l’insécurité alimentaire et la pauvreté dans la localité.

Elisabeth fait partie des vingt-trois membres du groupement de Togodo du village Hounmey, qui reçoivent depuis 2011 l’appui du Programme Intégré d’Adaptation pour la lutte contre les Effets Néfastes des Changements Climatiques sur la Production Agricole et la Sécurité Alimentaire au Bénin (PANA1).
Cet appui s’est traduit par la mise à disposition de semences à cycle court pour ses activités de maraîchage. Aujourd’hui, Elisabeth sait quand et comment il faut planter les légumes et les récolter sans forcément attendre les pluies.

Elle cultive sur une parcelle de 0,25 ha de la tomate, du piment, des légumes. Elle récolte ses produits maraîchers avant même l’arrivée des pluies. Elle a appris de nouvelles techniques culturales, telles que le paillage, qui permet de conserver l’humidité du sol.
Elle n’utilise pas d’engrais chimique. Le sol est fertilisé à la fois avec le compost issu de la décomposition des herbes défrichées et  les dépôts successifs des alluvions; ce  qui lui permet  d’obtenir  de rendements meilleurs.

Elisabeth est très contente des revenus issus de ses activités de maraîchage. « J’ai pu gagner à la dernière campagne agricole  environ 200.000 Fcfa.  J’ai investi une partie de l’argent pour reconstituer mon cheptel de porcs décimé il y a deux ans par l’inondation. »

Le projet a mis à la disposition des agriculteurs Hounmey, village de démonstration de la commune  de Sô Ava plusieurs équipements et matériels agricoles pour un montant total de dix millions six cent vingt neuf mille (10 629 000) francs CFA: une barque motorisée pour faciliter le transport et l’évacuation des produits agricoles vers les marchés locaux ; des motopompes, des  brouettes, des sept arrosoirs, des pelles, des râteaux et paires de bottes.

Un poste pluviométrique a été installé dans ce village, afin  que les agriculteurs puissent évaluer la quantité d’eau de pluie tombée et prendre les mesures adaptatives adéquates.

Les agriculteurs ont également bénéficié de l’appui conseil et de la sensibilisation des cadres du projet PANA1  dans le sens d’une meilleure adaptation au décalage du calendrier agricole induit par les changements climatiques.

Le PANA 1 est financé par le PNUD et le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et mis en œuvre à travers le Ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme (MEHU), dans neuf (9) communes du Bénin à savoir : Malanville, Matéri, Ouaké, Savalou, Aplahoué, Bopa, Ouinhi, Adjohoun et Sô-Ava.

Dans la commune de Sô-Ava, le projet a formé trois groupements de 81 maraîchers dont 18 femmes  en matière d’adaptation aux changements climatiques. A cet effet, il a mis à leur disposition des semences maraîchères à cycle court de 1400 sachets de tomate, 1200 sachets de piment, 800 sachets de gombo, 600 sachets de légumes, pour emblaver 81 ha de champ. Les producteurs ont pu récolter 40,5 ha de légumes.

Par ailleurs, le projet a permis le reboisement d’environ 5 ha de parcelles avec des plants d’acacia auriculiformis.

A retenir

  • Dans la commune de Sô-Ava, le PANA 1 a formé trois groupements de 81 maraîchers dont 18 femmes en matière d’adaptation aux changements climatiques ;
  • Mise à disposition des agriculteurs de Hounmey, de plusieurs équipements et matériels agricoles pour un montant total de dix millions six cent vingt neuf mille (10 629 000) francs CFA.
  • Mise à disposition de semences pour la production de 81 ha de cultures maraîchères ; 40,5 tonnes de produits agricoles récoltés à la dernière campagne agricole ;
  • Mise en terre de 18375 plants et réalisation de 4,5 ha de parcelles agroforestières.