6 Améliorer la santé maternelle

Où en sommes-nous ?


Une sage femme donnant des conseils à une jeune dame sur la santé de la reproduction. Crédits photo: PNUD Bénin/Giacomo Pirozzi

En matière de santé maternelle, des efforts appréciables ont été notés par rapport aux soins prénataux, mais avec une tendance à la dégradation ces dernières années (91% en 2006, 96% en 2007 et 83% en 2011).

La proportion d’accouchements assistés par un personnel de santé qualifié (médecin, sage-femme, infirmière) s’est accrue, passant de 65,5% en 2001 à 74,0% en 2006 et à 80,9% en 2011 réduisant ainsi les risques à la naissance.

En dépit de ces efforts, l’évolution du taux de mortalité maternelle (410 décès pour cent mille naissances vivantes en 2011 contre 397 en 2006 et 498 en 1996) par rapport au sentier des OMD montre que l’objectif de 125 pour cent mille naissances vivantes serait difficilement atteint en 2015.

Les risques et contraintes spécifiques actuels à l’atteinte de la cible de l’OMD 5 sont :

  •   Insuffisance dans l’équité (couverture/ extension des activités SME  limitée);
  • Insuffisance de développement du  volet relatif  au nouveau né dans la feuille de route (2006-2010);
  • Insuffisance de la disponibilité et de l’offre des services SONU à tous les niveaux (niveau de soins et  communautaire;
  •  Insuffisance dans le contrôle  du secteur privé (autorisation, fonctionnement, et gestion des données sur la SME).
  •  Faible prévalence contraceptive et un taux important de besoins non satisfaits;
  •  Problématique des ressources humaines: l’insuffisance et  la  mauvaise répartition du personnel qualifié;
  • Problématique des ressources matérielles et financières (insuffisance du plateau technique et de la gestion des matériels et des médicaments);
  •  Insuffisance du SNIGS, du suivi et de l’évaluation;
  • Faible performance du système de référence et de contre référence.

En outre, la persistance des causes cliniques qualifiés d’inévitables, notamment les causes obstétricales directes (hémorragies, travail prolongé par dystocies, ruptures utérines, infections y compris les complications infectieuses des avortements clandestins les causes indirectes dues au  paludisme et à l’éclampsie (hypertension artérielle) et les grossesses précoces,   est   une   difficulté   qu’il   faut   vaincre   pour   parvenir   à réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle par rapport à son niveau de 1990. La faible qualité des services est liée au manque de personnel  compétent et de matériel adéquat. Le faible accès aux services de qualité en raison de la faible couverture géographique dans certaines zones rurales est également un obstacle à la réalisation de l’OMD 5. Dans le domaine du changement climatique, les pluies et les inondations répétitives ces dernières années, conjuguées aux problèmes d’assainissement dont souffre le pays, ont entrainé la multiplication des gites larvaires favorable au   développement des moustiques,  vecteurs du paludisme, dont les effets néfastes sur le développement des grossesses sont connus (avortement,  fausses couches,  complications pendant l’accouchement, etc.)

 Il serait également possible de diminuer le taux d’émigration du personnel soignant grâce à un ensemble de mesures incitatives en vue de réduire les inégalités d’accès aux soins de  santé et encourager les femmes enceintes à requérir des soins professionnels.

1.71 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle
    • Taux de mortalité maternelle: 410 pour 100000
    • Proportion d’accouchements assistés par du personnel de santé qualifié: 80,9%
    • L’écart urbain-rural s’est rétréci, en ce qui concerne la présence de personnel qualifié pendant l’accouchement.
  2. Rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015
    • Taux de prévalence de la contraception: 13%
    • Taux de natalité chez les adolescents: -
    • La couverture en soins prénataux (au moins une visite et au moins quatre visites): 83,4%
    • Besoin insatisfait en planning familial: